L’alimentation

Posté par N. ΣnTγﻛ le 6 janvier 2013

L’alimentation

 

Croyez-le ou non, il y a bel et bien deux façon distinctes de se nourrir.

 

La première méthode est utilisée par +99,9% de la population.

Elle est ce qu’on peut nommer la méthode Vampirique (primaire). Cette méthode est également utilisée en partie par les végétaux, ainsi que par les animaux. C’est la méthode « primaire », qui consiste à apporter l’énergie dont nous avons besoin de l’extérieur, vers l’intérieur.

Vous l’aurez compris, la deuxième méthode peut être nommé la méthode Autonome (divine).

Cette dernière consiste à utiliser l’air, la lumière, et surtout l’énergie-même de nos propres atomes et de notre pouvoir créatif intérieur pour s’auto-suffir.

Je sais ; cela parait dingue à première vue, et c’est est tout à fait logique quand on considère la normalité dans laquelle nous sommes tous confrontés.

Il existe dans le monde des centaines, voir des milliers de personnes qui utilisent cette deuxième méthode. Et il n’est pas question là d’individus retirés de la société, vivant dans une grotte en méditant de façon constante, non, très loin de là.

Mais bien-entendu, cet article va surtout concerner la première méthode qu’est le Vampirisme. Nous reviendrons plus tard à la deuxième.

 

La méthode Vampirique

Parce que dans le Vampirisme, il y a, là aussi, une multitude de « niveaux ».

Les deux grands « problèmes » de l’alimentation Vampirique sont :

  • Ce qui est consommé
  • La façon dont c’est consommé

 

Ce qui est Consommé

Ce qui est consommé concerne bien-entendu (surtout) l’alimentation carnée ; mais également l’alimentation laitière.

Pour être direct, vous comprendrez que se nourrir de cadavres alors que nous avons les possibilités intellectuelles, technologiques, et physiologiques de se nourrir d’autre chose, est vraiment plus que stupide : je dirais plutôt masochiste.

Un grand dicton dit « Nous devenons ce que nous mangeons ».

Y avez-vous déjà réfléchi sérieusement ? Si vous mangez de la mort, vous devenez ?.. Des zombies. Je suis conscient que cela puisse paraitre fou pour un individu « normal » (faisant parti de la normalité), mais c’est pourtant véridique et vérifiable.

Mangez le cadavre d’un animal, et en même temps que vous assimilerez une nourriture que votre corps ne pourra pas digérer correctement, vous assimilerez sa mémoire, son adrénaline et sa peur qu’il a développé à l’heure de son meurtre.

Vous remarquerez que j’aime beaucoup utiliser les termes « cadavre » et « meurtre » car il est bien question de cela. Il n’y a aucune exagération en ces termes, mais plutôt une justesse qui n’est jamais employée par la normalité qui préfère se voiler la fasse en parlant de « bonne viande tendre ».

 

Il y a plusieurs points de vues, plusieurs raisons pour ne pas manger des animaux ; et toutes ces raisons sont bien-entendu de « bonnes raisons », et je dirais même qu’elles sont complémentaires.

 

Une raison « Spirituelle » : le Karma.

En consommant un élément faisant parti autre fois d’un animal (que cela concerne son corps, ses oeufs, son lait), outre la consommation de sa mémoire et de son adrénaline, nous nous chargeons de Karma (expliqué dans la catégorie « Le Karma, une ‘Bonne loi Injuste‘ »).

En effet, nous participons à son meurtre, à son enfermement, à sa souffrance.

 

Une raison de bon sens « Humanitaire »

Savez-vous que pour 1Kg de viande bovine, il a fallut environ 200Kg d’alimentation végétale ?

Imaginez-vous un monde sans consommation de viande, où tous les champs de notre planète seraient utilisés, non pas pour nourrir ces élevages, mais pour nourrir la population ? De cette manière, nous pourrions totalement nourrir une population mondiale au moins 3 fois plus élevée que la notre actuelle.

 

Une raison Écologique

Pour nourrir et accueillir ces élevages de « viande sur pattes », il faut de la place.

Ne vous méprenez pas : le but recherché de la déforestation est bien celui de faire de la place pour les élevages ; du moins en grande partie.

 

Une raison Physiologique

Savez-vous que notre corps n’est pas fait pour digérer de la nourriture provenant d’animaux ?

En effet l’intestin d’un animal carnivore est 3 fois plus court que le notre, qui lui correspond bien plus à celui des frugivores.

Une fois débarrassée de tous ces élément nutritifs, la viande continu son chemin dans l’intestin, jusqu’à arriver à « la sortie »..
Mais sa digestion aura été très brève ! Arrivé à 1/3 de l’intestin, elle est déjà digérée… Le reste du chemin s’effectue en pourrissant, en putréfiant (si elle n’est pas complètement évacuée) ; et le foie doit forcer pour contenir l’infection.
Cela augmente considérablement les risques de cancers du foie et du colon.

 

La Responsabilité

J’entends beaucoup parler de responsabilité dans notre société. « Être responsable ». « Devenir un citoyen responsable ».
Le fait d’être responsable (RESPONS-ABLE) traduit pour un individu, qu’il « est capable de réponse » à ce qu’il fait. Autrement dit, qu’il est conscient des tenants et des aboutissants, et qu’il les assume.
Constater à quel point la quasi-totalité des individus sont complètement dissociés est vraiment dingue. Il y a une Responsabilité quotidienne dont les gens n’ont pas conscience : la consommation d’animaux.

Cela vous parait bizarre ? Pourtant c’est très simple : un individu Responsable de ce qu’il fait, doit :

Assumer pleinement de pouvoir élever un animal ;

  • de l’enfermer pendant toute sa vie dans un enclos,
  • de lui donner la même nourriture tous les jours dans l’unique but de l’engraisser,
  • de le conduire à l’abattoir,
  • de le tuer,
  • de vider son cadavre,
  • de le découper,
  • de le faire cuir,
  • puis, enfin, de le manger.

Si l’individu peut assumer de procéder en toute conscience à une telle activité, rien que pour pouvoir le consommer, alors, dans ce cas, il est un être Responsable…

 

La façon dont c’est consommé

Au delà de 40/41°c de température de cuisson, l’aliment commence à se déstructurer. Les vitamines et les enzymes (qui servent à la digestion) qu’il contient se détériorent et ne peuvent plus servir pour le corps.
Il doit donc utiliser sa propre énergie pour créer lui-même les enzymes afin de les digérer ; ce qui le fatigue énormément.

L’aliment consommé fini donc par faire perdre plus d’énergie au corps qu’il n’en prend, si la cuisson est trop forte.

Le mieux est donc de manger un maximum d’aliment totalement crus, provenant du règne végétal (graines, légumes, fruits, etc.).

Page Facebook de l’individu interviewé

—-

Image de prévisualisation YouTube

La méthode Autonome

Il est inutile d’écrire tout un patté sur le sujet, quand on peut simplement visionner cette vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

Si la vidéo ne s’affiche pas, vous pouvez cliquer directement sur son lien ici :

–> La Vidéo <–

————————-

Je vous conseille de lire attentivement cette page du site de Claude Traks consacrée à l’alimentation. Elle est très détaillée :

http://www.claudetraks.com/fr/lalimentation.html

Laisser un commentaire

 

Thatgirls |
Droitdevivre |
Comment fonctionne mon monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Emia.koulikoro
| Comcept
| Blogdesuivicfamarzy